Baptême et Sainte Cène

Lors de notre Assemblée Générale, j'ai déclenché un échange au sujet de cette question traitée par le Synode. Je souhaiterais être compris. Je ne juge et n'exclus personne. Je ne donne de leçons à personne. Je préfère en recevoir.

J'ai déclaré que voir participer à la Cène celui ou celle qui n'est pas baptisé me choque. J'aurais dû dire, me peine.

La Cène est un aboutissement. La Cène, c'est dans les Evangiles, le soir avant le sacrifice du Sauveur et avant sa gloire par la Résurrection. " … et maintenant, Père, glorifie-moi de la gloire que j'avais auprès de Toi avant que le monde ne fût ". (Jean 17, 5). Participer à la Cène, c'est suivre Jésus le Christ : " Faîtes ceci en mémoire de moi ". C'est avoir entendu et gardé ses paroles (Jean 17, 8). C'est donc avoir été instruit et donc avoir mûri cette instruction : la vie de Jésus, l'annonce par les Prophètes, sa naissance mystérieuse, ses paroles d'enfant : " … il faut que je m'occupe des affaires de mon père " (Luc 2, 49), sa vie publique, la bonne nouvelle annoncée, enfin sa mort et la Résurrection.

Si l'on ne sait pas tout cela, si on ne l'a pas accepté, est-il possible de partager la Cène ? Paul l'a dit : " discerner le corps et le sang… "

Un enfant donc sans avoir reçu l'offre de cet enseignement ira à la Cène pour faire " comme papa et maman ".

Pour un adulte, c'est plus grave. Que sera son geste ? De longs entretiens avec un pasteur au minimum seraient nécessaires. A-t-on pensé à cela ? Le baptême, c'est le désir d'entrer dans le monde chrétien, de servir, de vivre Dieu et le Christ. Le baptême, c'est avant la Cène. Le haut fonctionnaire de la reine d'Ethiopie, Candace, rencontre Philippe sur la route de Gaza ( Actes 8 - 27 - 39). Il lit Isaïe.

" Comprend-tu ce que tu lis ? " demande Philippe.
" Comment pourrais-je, si quelqu'un ne me guide ! "

Philippe lui annonce la bonne nouvelle de Jésus.

" Voici de l'eau, dit l'ennuque, qu'est-ce qui m'empêche d'être baptisé ? "
" Si tu crois… "
" Je crois que Jésus-Christ est le fils de Dieu ".

C'est la Grâce. L'ennuque, illuminé par l'Esprit Saint, guidé par Philippe, ne demande pas à partager le banquet dont Philippe lui a bien sûr parlé. Ce sera pour plus tard.

Il demande :
" Qu'est-ce qui m'empêche d'être baptisé ?

Déodat PUY-MONTBRUN


retour