Chronologie de la vie
de Jésus

Chronique de novembre-décembre 2003

La naissance

Nous n'avons pour sources que les Evangiles et ceux-ci ne donnent aucune date précise. Mais des indications nous permettent de connaître sinon l'année de la naissance de Jésus, du moins de la situer dans l'histoire du monde : Jésus serait né sous l'empereur Auguste (27 avant notre ère - 14 de notre ère) au temps d'Hérode le Grand (40-4 avant notre ère) affirment Matthieu (2, 1ss) et Luc (1,5). Seulement Luc fait simultanément état d'un recensement ordonné par le gouverneur de Syrie, Quirinius, peu avant la naissance de Jésus. Or Publius Sulpicius Quirinius, qui en effet effectua un recensement de la Palestine, ne fut gouverneur de Syrie qu'à partir de l'an 6 de notre ère, soit dix ans après la mort d'Hérode. Selon Tertullien, un recensement aurait eu lieu sous le gouverneur Sentius Saturnus (9-8 avant notre ère - 4 de notre ère). Il est donc bien difficile, on le voit, d'établir une date exacte de la naissance de Jésus, d'autant que le massacre des Innocents et la pérégrination des rois mages guidés par une étoile( Mt 2, 1ss.) n'ont aucune base historique. Pour le grand théologien et exégète allemand Gerd Theissen, il est très plausible que Jésus soit né au cours des dernières années du règne d'Hérode le Grand et que le lieu de sa naissance fut Nazareth en Galilée 1.

Dans Marc, en effet, Jésus est appelé avec insistance " le Nazaréen " (Mc 1,24 ; 10,47 ; 14,67 ; 16,6) et Nazareth est expressément nommée " sa patrie ", (Mc 6,1). Jean, de son côté, indique que Nazareth, en Galilée, était le lieu de naissance de Jésus, ce qui était connu de tous (Jn 1, 4-5 ; 7, 52). En revanche, Matthieu 2 et Luc 2 attestent que Jésus est né à Bethléem, " la ville de David ". Mais il est difficile pour l'historien de se satisfaire de ces deux affirmations : Matthieu et Luc ont établi ici des liens étroits entre l'histoire du monde et l'histoire du salut en faisant coïncider la naissance de Jésus avec l'annonce faite par le prophète Michée (Mic 5,1) 2 et en suivant la tradition davidique. Toutefois, Luc dit clairement que Jésus grandit à Nazareth.

La vie publique

Sur l'âge qu'avait Jésus lorsqu'il fut baptisé et commença ses activités publiques, Luc donne une indication précise (Lc 3,23) : " environ : 30 ans ", âge qui était considéré alors comme celui de la pleine maturité. Mais il faut nous montrer prudents : on peut y voir un rapprochement avec l'entrée dans la vie publique du roi David (II Sam. 5,4), et celle de Joseph (Gen. 41, 46). Un autre indice est la date de la construction du troisième temple de Jérusalem . Si l'on s'en tient au récit de la purification du Temple, que l'évangéliste Jean place au tout début de l'activité publique de Jésus, (Jn 2, 13-22), nous constatons, aux dires des juifs présents, qu'il a fallu 46 ans pour le bâtir. Or, par l'historien Flavius Josephe, nous apprenons qu'Hérode en avait commencé la construction en 20-19 avant notre ère (Ant. 15, 380). On peut donc penser que la première apparition publique de Jésus se situa entre l'an 16 et l'an 29 de notre ère.

Recoupons les témoignages pour essayer d'être plus précis.

Chez Luc, le début du ministère de Jésus de Nazareth coïncide avec l'histoire de Jean-Baptiste ; le lien historique entre les deux hommes est indubitable : Jésus s'est associé au mouvement du Baptiste avant de répandre son message personnel et certains de ses disciples ont été des disciples de Jean. Luc dit que la parole du Seigneur fut adressée au Baptiste " l'an quinze du gouvernement de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de Galilée, Philippe son frère tétrarque du pays d'Iturée et de Trachonitide, et Lysanias tétrarque d'Abilène, sous le sacerdoce de Hanne et Caïphe ". On sait que Tibère César fut co-régent avec Auguste, durant 3 ans, dans l'Est de l'Empire ; Pilate fut gouverneur de Judée de l'an 26 à l'an 36 de notre ère ; Hérode Antipas, fils d'Hérode le Grand, tétrarque de Galilée et de Pérée de 4 avant notre ère à 39 de notre ère ; Philippe, tétrarque de Batanée, de Trachonitide et d'Auranitide de 4 avant notre ère à 34 de notre ère ; Lysanias, prince obscur dont le territoire était païen, relevait du roi juif Hérode Antipas. Quant à Caïphe, il fut grand prêtre de 16 à 36 de notre ère, succédant à son beau père Hanne, qui avait été déposé de cette fonction en l'an 16. Ce dernier renseignement est confirmé par Jean qui rapporte que Jésus, après son arrestation, fut envoyé devant Hanne, " beau-père de Caïphe qui était grand prêtre cette année là ". (Jn 18, 13).

Bien que ces renseignements ne permettent pas d'établir une chronologie précise, c'est en partant de Luc 3, 1-2, ainsi que du verset 23 indiquant l'âge de Jésus, que Denys le Petit, écrivain ecclésiastique du VIe siècle, fixa le début de l'ère chrétienne. Cette estimation, assurément, est trop courte de plusieurs années. Une autre question qui nous interroge est la durée de l'activité publique de Jésus. Les synoptiques ne fournissent aucune indication, mais l'évangéliste Jean mentionne trois Pâques (Jn 2,13.23 ; 6,4 ; 11,55) et peut-être même une quatrième (Jn 5,1) certains manuscrits faisant état d' " une fête " mais d'autres de " la fête ", c'est-à-dire la Pâque, Pessah. Il semblerait donc que Jésus enseigna publiquement pendant deux ou trois ans.

La mort

Les récits de la passion de Jésus se trouvent dans les quatre Evangiles. Le temps où Ponce Pilate fut en fonction peut nous servir de cadre chronologique : selon FlaviusJosephe (Ant. 18, 35.), entre 26 à 36 de notre ère. Si l'on tient compte du fait que Jésus mourut un vendredi, ce que les quatre évangélistes affirment, nous pouvons nous montrer plus précis. En effet, la fête de Pessah, 15 Nissan, tomba un vendredi en 27 et en 34. Seulement, si l'on suit la chronologie johannique, on découvre que ce vendredi de la mort de Jésus était le 14 Nissan, journée des préparatifs de la fête de Pessah (Jn 19, 14. 31. 42) qui tombait donc cette année là un jour de sabbat. Cela n'arriva qu'en 30 et en 34. La question qui se pose est donc : Jésus mourut-il dans l'après midi du jour de Pessah, comme l'affirment les synoptiques, ou bien la veille, jour de la Préparation ? Rappelons que dans le calendrier biblique, Pessah est célébrée à partir de la pleine lune de printemps, le quatorzième jour de Nissan, et dure jusqu'au vingt et deuxième jour : elle préfigure l'idéal de paix universelle instaurée par l'arrivée du Messie et énoncée, le dernier jour de la fête, dans la lecture liturgique d' Isaïe 11, 6-9.

Les divergences de dates des évangiles changent assurément le caractère du dernier repas. Dans les synoptiques, il s'agit d'un repas pris la nuit à l'intérieur même des murs de la ville de Jérusalem et le fait que Jésus et les disciples burent du vin en montre l'aspect cérémonial. Selon la chronologie johannique, Jésus et ses disciples partagèrent un simple repas, mais pris assurément dans l'atmosphère de la fête qui se préparait.

Il me semble que l'on doit se fier plutôt à la chronologie johannique, qu'à celle des synoptiques, et cela pour plusieurs raisons. Il s'agit d'abord de l'amnistie d'un prisonnier à l'occasion de la fête. Elle n'a de sens que si le prisonnier est libéré pour pouvoir participer au repas rituel de la Pâque, la cérémonie du SeDeR , qui se passe à la table familiale et que préside le chef de famille. Ensuite, ce que confirme l'évangile selon Marc, les scribes et les grands prêtres ne voulaient pas se saisir de Jésus et le tuer pendant la fête, craignant une émotion populaire (Mc 14, 1-2) et tout laisse à penser que le prudent Pilate ne tenait pas non plus à une exécution, le jour de Pessah, qui aurait pu perturber l'ordre public (3). On peut donc en déduire que, selon toute probabilité, Jésus fut crucifié en l'an 30 de notre ère, sans pour autant exclure d'autres dates.

Figure historique, Jésus de Nazareth doit être placé dans un contexte historique, et dans un contexte historique juif. Mais on voit les difficultés rencontrées par l'historien, car chaque évangéliste a privilégié certains évènements plus que d'autres, ou les a placés dans son récit à des moments différents de la vie de Jésus, ou les a interprétés en fonction des enjeux théologiques qui étaient les siens. Cette chronologie est donc approximative. Tout ce qu'on peut affirmer, c'est que son existence commença en Galilée et se termina à Jérusalem et que sa brève activité publique fut itinérante et prédicatrice.

Liliane CRÉTÉ


(1) Gerd Theissen and Annette Merz, The Historical Jésus. A comprehensive Guide, London SCM Press, 1998, p. 155.
(2) Mic 5,1 : " Et toi, Bethléem, Ephrata, trop petite pour compter parmi les clans de Juda, de toi sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent à l'antiquité, aux jours d'autrefois ". Trad. TOB.
(3) Ce que relève Michel Quesnel, qui ajoute que la date du 14 Nissan correspond aux données fournies par le Talmud de Babylone : " Jésus et le témoignage des Evangiles ", in : Aux Origines du Christianisme, textes choisis par Pierre Geoltrain, Paris, Gallimard, (Folia Histoire), 2000, p. 200.
retour