Découvrir le sens du culte protestant

De la liturgie à la prédication

Si les protestants français ont appelé leur lieu de culte « temple », c’est parce qu’ils se sont inspirés d’abord du Temple de Jérusalem. Ils n’ont sans doute pas pensé aux sacrifices accomplis dans ce temple autrefois, car le Christ par sa mort a une fois pour toutes mis un terme aux rites sacrificiels, mais les réformés ont plutôt regardé vers le temple comme l’endroit que le Seigneur a choisi pour y mettre son nom. Le pasteur Fleinert-Jansen fait remarquer que le temple de Jérusalem est justement le lieu où le nom de Dieu est invoqué, et là où le nom de Dieu est invoqué, Dieu est présent. Les protestants ont donc voulu signifier que le temple est l’endroit où la Parole de Dieu rassemble les humains, où elle est proclamée et où elle est invoquée. Cela explique sans doute la place très imposante donnée à la chaire dans l’architecture des temples protestants de France. En effet, il est fréquent que la chaire surplombe la table de communion, indiquant l’importance accordée dans le culte à la lecture de la Bible et à son explication par le pasteur. Nous voici dans le vif du sujet : de la liturgie à la prédication.

Si l’un des buts de la liturgie est de nous préparer spirituellement à recevoir la Parole de Dieu, l’un des buts de la prédication est de traduire cette réalité : la Parole de Dieu n’est jamais ce à quoi on s’attend, même si on connaît déjà le récit biblique. Elle est toujours nouvelle de par sa nature même et de par son irruption dans nos vies. Car là où la liturgie actualise la mémoire, la prédication ouvre sur un avenir. L’une est de l’ordre de la répétition et l’autre de la nouveauté. C’est pourquoi liturgie et prédication se complètent et la place centrale occupée par la prédication dans nos cultes ne doit jamais mépriser la liturgie, bien au contraire !

Cela dit, en accordant une place centrale à la prédication, le culte réformé a insisté sur le rôle du pasteur comme enseignant. Il assume en effet un rôle théologique en ce qu’il lui est donné de transmettre un savoir biblique et théologique à sa communauté. Mais un pasteur n’est pas seulement un professeur. Un sermon n’est pas un cours. La prédication est aussi le témoignage de quelqu’un qui a fait une rencontre avec un texte. En ce sens, la prédication est un témoignage de la liberté que Dieu offre à l’être humain de le rencontrer en recevant, commentant, interprétant sa Parole.

La prédication, c’est en fin de compte une rencontre fructueuse entre deux univers (celui de la Bible et le nôtre) qui se mettent en question, s’enrichissent et s’interpellent. Cette rencontre a une conséquence : celle de rendre vivant un récit vieux de 2000 ans et de le rendre signifiant pour aujourd’hui et aussi de dénouer la réalité, de l’ouvrir à une nouvelle appréhension et donc à une transformation possible.

Prêcher la Parole de Dieu, c’est alors rendre compte d’une bonne nouvelle : celle d’un Dieu qui me parle ; c’est témoigner d’une grande liberté de parole qu’il m’accorde et enfin c’est exprimer et réveiller en moi la joie de croire, d’espérer et d’aimer en Jésus-Christ.

Quel bonheur de prêcher la Parole, mais quel défi aussi… !

Pasteur Christian BARBERY


retour