Conclusion du cycle
sur les Christianismes orientaux

Quelle vue générale prendre des Christianismes orientaux après avoir approfondi ce qu'il en est pour trois des principaux d'entre eux, le christianisme "nestorien", le christianisme copte et le christianisme arménien ? Plusieurs traits communs peuvent être mis en évidence.

Histoire et Légende

Première caractéristique : les textes fondateurs de ces Eglises - que ce soient des apocryphes chrétiens ou d'autres textes - mêlent toujours l'histoire et la légende. Ces récits des origines sont remplis de merveilleux, sans qu'on puisse y retrouver facilement ce qui pourrait être historique; et cela, qu'il s'agisse d'évènements de la vie du Christ lui-même, comme le séjour de Jésus enfant en Egypte (pour les Coptes) ou l'envoi de disciples auprès du roi Abgar (dans les récits concernant Edesse); ou qu'il s'agisse de la vie de tel ou tel apôtre ou de tel ou tel saint, par exemple saint Marc en Egypte, saint Thomas à Edesse puis en Inde, saint Grégoire l'Illuminateur en Arménie.

Comme l'a fait remarquer Jean-Pierre Mahé, il est fréquent que ces textes se coulent dans des moules littéraires antérieurs, les romans antiques par exemple, ou reprennent, en les adaptant, des légendes et des récits merveilleux bien antérieurs au christianisme. Leur but n'est pas la vérité historique - souci étranger à l'époque - mais un témoignage de foi. Et comme l'a souligné Jacques-Noël Pérès, la signification essentielle de ces textes est de montrer, pour chacune de ces Eglises, qu'elles peuvent se prévaloir d'une filiation apostolique et ainsi se rattacher au Christ lui-même.

Controverses théologiques

Cela dit, et si l'on s'en tient à une première approche, le motif de la séparation des Eglises orientales semble incontestablement d'ordre théologique, ou plutôt christologique. Se définissant par rapport aux grands conciles, elles ont accepté ou refusé les décisions des conciles du Vème siècle, alors que toutes avaient antérieurement reconnu le premier concile œcuménique, celui de Nicée (325), qui énonça le symbole de foi encore en usage de nos jours. Toutes avaient aussi reconnu le concile œcuménique de Constantinople 1 (380), qui compléta le précédent.

La source des ruptures fut, au Vème siècle, la crise nestorienne, c'est-à-dire le débat sur la nature de la personne du Christ. Quel en était le fond ? Il était de comprendre la divinité et l'humanité dans une seule personne. Pour les uns, l'école d'Antioche, très proche des textes bibliques et à laquelle appartenait Nestorius, il y avait, dans la personne du Christ, deux natures distinctes, non confondues mais juxtaposées, conjointes. Pour les autres, l'école d'Alexandrie, ces deux natures tendaient à se confondre, elles formaient une union, jugée nécessaire à l'unité de la personne du Christ. Conjonction ou union ?

En 431, le concile d'Ephèse - dans des circonstances mouvementées que nos divers conférenciers ont décrites - se prononça pour l'union et condamna la christologie d'Antioche, donnant ainsi raison à Alexandrie et aux adversaires de Nestorius. D'où la première rupture: les décisions d'Ephèse ne furent pas reconnues par l'Eglise d'Orient (ou Eglise de Perse ou encore Eglise syriaque orientale, dite "nestorienne"). Puis, les controverses ayant continué, le concile de Chalcédoine, en 451, adopta sa célèbre définition, qui affirmait deux natures sans confusion, sans mutation, sans division, sans séparation, texte qui se présentait en fait comme un texte de compromis. Les Eglises orientales le rejetèrent, aussi bien l'Eglise de Perse de tendance antiochienne que les Eglises copte et arménienne de tendance alexandrine. Ce sont les Eglises qu'on appelle "non-chalcédonniennes". Leur rejet des conciles du Vème siècle fut d'autant plus aisé qu'à Constantinople, on l'a vu, les discussions continuaient et qu'il fallut d'autres conciles, aux siècles suivants, pour tenter de mettre un point final aux débats.

Facteurs géographiques et politiques

On ne saurait donc passer sous silence toutes ces controverses christologiques et nous nous devions de les rappeler dans cette conclusion, encore que, dans la réalité, les choses soient très nuancées. C'est ainsi qu'on a vu que ni l'Eglise Copte, ni l'Eglise arménienne n'acceptent d'être dites "monophysites". Mais, en fait, ces controverses sont-elles seules à expliquer la séparation des Eglises orientales ?

Il suffit de considérer certaines dates pour voir qu'il n'en est rien. C'est en 380 déjà que l'Eglise d'Arménie se proclame "autocéphale", soit près de 50 ans avant le concile d'Ephèse ; et elle ne rejettera la définition de Chalcédoine que beaucoup plus tard, en 555. L'Eglise de Perse, de son côté, après s'être affirmée fidèle à la "foi de Nicée" (411), se déclare indépendante en 424, près de 10 ans avant Ephèse et ne rejettera les conclusions d'Ephèse que 50 ans après ce concile, vers 485. Il semble donc bien que les tendances "séparatistes", si l'on ose dire, aient une certaine antériorité par rapport aux querelles christologiques. C'est que d'autres éléments importants sont à prendre en compte, éléments que nos divers conférenciers, notamment Jacques-Noël Pérès, ont largement soulignés

Il faut d'abord tenir compte de l'éloignement géographique et des différences culturelles. Il ne faut jamais perdre de vue que la "Grande Eglise" - celle qui adoptera Chalcédoine - s'est développée aux premiers siècles dans le cadre de l'empire romain, en intégrant les modes de pensée du monde hellénique. Les Eglises orientales, elles, se sont formées dans des pays qui sont aux confins de ce monde gréco-romain, en des lieux éloignés du centre, séparés parfois par des obstacle physiques importants, dans des pays qui, de plus, étaient héritiers de civilisations fort anciennes, différentes, porteuses de leurs propres traditions, principalement celles de la Mésopotamie ou celle de l'Egypte. Cette dernière civilisation, notamment, était loin de s'être effacée derrière la façade hellénistique d'Alexandrie.

Alexandrie, était une ville qui, au temps qui nous occupe - le Vème siècle de notre ère - avait derrière elle plus de sept siècles d'une existence glorieuse ayant fait d'elle la capitale intellectuelle du monde hellénistique. Autant dire qu'elle supportait mal d'avoir à se soumettre à des décisions émanant des autorités de Constantinople, ville qui avait tout juste un peu plus d'un siècle d'existence. On a vu que la théologie d'Alexandrie avait, dans un premier temps, triomphé au concile d'Ephèse mais qu'elle fut ensuite condamnée à Chalcédoine. Le schisme égyptien suivit de peu. La théologie était-elle vraiment seule en cause ?

Nos conférenciers ont aussi insisté sur l'influence majeure de la rivalité entre l'Empire romain et l'Empire perse, surtout à partir du moment où, en 226, celui-ci fut gouverné par la dynastie sassanide, une dynastie qui voulait restaurer la grandeur ancienne de l'Empire perse, dont l'importance pouvait égaler celle de l'Empire romain. Dans ce monde iranien qui, redisons-le, avait englobé l'espace mésopotamien et ses anciennes traditions, le christianisme, c'est à dire l'Eglise de Perse - ou encore Eglise syriaque orientale - ne put se faire une place qu'en faisant preuve d'allégeance au pouvoir régnant ou, tout au moins, en n'apparaissant pas "à la solde" des Romains. Après une première période de pérsécutions, qui culminèrent vers 345, l'Eglise de Perse, constituée en Eglise indépendante (424) trouva sa place, qui fut grande, dans le monde sassanide. Ce n'est que plus tard, en 485 et même au-delà, qu'elle prit position sur les conciles d'Ephèse et de Chalcédoine, en rejetant leurs décisions. Quant à l'Eglise arménienne, prise entre les deux empires, elle avait proclamé son indépendance dès 380, ce qui n'empêcha d'ailleurs pas l'Arménie, à partir de 387, d'être l'objet d'un partage d'influence entre la Perse et Constantinople. C'est alors son Eglise qui permit au peuple arménien de survivre comme tel.

Qu'en est-il aujourd'hui ?

En définitive, le destin de ces Eglises fut tragique. Après des périodes fastes, elles furent balayées par l'histoire et réduites presque toutes à l'état de minorités sur la défensive, sinon à peu de choses. Invasion arabe, invasion mongole, empire de Tamerlan, elles ont finalement dû laisser, dans leurs propres pays d'origine (sauf en Arménie), la première place à l'Islam. Par la suite, diverses scissions se sont produites, si bien qu'aujourd'hui existent une dizaine de ces Eglises. Toutes sont présentes à Jérusalem où, notamment, elles partagent avec les autres confessions chrétiennes l'usage de la Basilique du Saint-Sépulcre. Beaucoup d'entre elles, aussi sont représentées en Occident où leurs fidèles ont parfois trouvé refuge au 20ème siècle.

En ce sens, on peut dire que le christianisme oriental est toujours vivant. S'agit-il donc, comme on le suggérait dans l'introduction, d'un christianisme "autrement"?

Le débat christologique, tel qu'on vient de le rappeler, paraît à nos esprits périmé et il nous semble, comme l'a dit dès le début Jacques-Noël Pérès, que l'on se battait alors sur les mots. Le Pape catholique et les Patriarches d'Orient reconnaissent aujourd'hui que, finalement, ils croient la même chose. En ce sens, il n'y aurait plus de frontière. Indiquons cependant que le débat christologique existe toujours en Occident. Nous renvoyons, sur ce sujet, à la conférence de Raphaël Picon intitulée "Jésus et Jésus-Christ" du 15 novembre 1997 (brochure Etudes et Recherche intitulée "Comment dire Dieu aujourd'hui ?" de 1997). Mais insister sur l'humanité du Christ ne paraît pas, de nos jours, une hérésie condamnable. Nestorius doit-il être toujours considéré comme un "bandit" de l'histoire de l'Eglise comme le pensait Luther ? Il nous faut perdre nos oeillères.

Par contre, Jean-Pierre Mahé a souligné la grande spécificité de la vision religieuse orientale. La liturgie terrestre y est une réplique de l'adoration des anges dans les cieux. La cérémonie du culte conduit les fidèles dans le mystère. Il s'agit non de dire une Parole, mais de vivre quelque chose, d'anticiper l'éternité céleste, en se joignant au chœur des anges. C'est certainement là une manière tout "autre" de vivre le christianisme.

Enfin on ne peut qu'être frappé par l'attachement profond de ces Eglises orientales à des traditions liturgiques et rituelles extrêmement vénérables et très anciennes. Ces Eglises, en vérité, n'ont survécu qu'en se repliant sur elles-mêmes et en s'accrochant à leurs traditions, seule sauvegarde de leur identité. On peut alors se demander - mais nous dépassons ici l'objet de ce cycle - comment ces Eglises vivent de nos jours le "choc" de la modernité, que l'Occident a assimilé depuis plusieurs siècles. Elles ne semblent pas avoir vécu des événements équivalant à la Réforme ou, plus récemment, à Vatican II. Participent-elles au travail théologique qui se poursuit en Occident depuis le 18ème siècle ? aux travaux d'exégèse biblique ? aux efforts d'adaptation des Eglises à la société moderne, efforts poursuivis tant bien que mal ? La question est alors de savoir ce que deviendra ce christianisme "autrement" au XXIème siècle.


Les huit premiers siècles de notre ère : Quelques repères historiques

 
Rome
Eglise
Orient-Perse
Personnalités remarquables
Ier siècle     Depuis 20 av JC frontière
de l'empire romain
fixée sur l'Euphrate
 
    Vie de Jésus    
- jusqu'en 68 Julio-Claudiens 10-65 Paul    
- de 70 à 98 Flaviens 70: chute de Jérusalem
rédaction des Evangiles
synoptiques
   
IIème siècle        
 

Antonins

Evangile de Jean
135: Bar Kochba
114-117: campagne
de Trajan contre les
Parthes
85-160 Marcion
130-202 Irénée
150-222 Tertullien
IIIème siècle        
      Vers 200, Septime Sévère
s'empare de la Hte Mésopotamie
au-delà de l'Euphrate
 
de 193 à 235 Sévères   226 Avènement des
Sassanides
185-250 Origène
de 235 à 285 anarchie impériale   Shahpur Ier envahit l'orient
romain et capture l'empereur
Valérien. Occupe Antioche
216-277 Mani
284 Dioclétien     Dioclétien reprend la
Haute Mésopotamie
 
IVème siècle       280-336 Arius
308-337 Constantin 313: Edit de Milan
325: Concile de Nicée
   
361-363 Julien   Shahpur II vainqueur de
Julien qui est tué (363)
 
    373: affranchissement
de l'Eglise d'Arménie
  354-430 Saint Augustin
        350-428 Théodore de Mopsueste
375-379 Théodose Ier
Interdiction des
cultespaïens
  387: partage d'influence en
Arménie entre la Perse
et Constantinople
 
        380-451 Nestorius
Vème siècle        
401-450 Théodose II 431: Concile d'Ephèse 410-424 Conciles nationaux
de l'Eglise de Perse
 
En Occident:
451
Champs catalauniques 451: Concile de
Chalcédoine
451: Schisme de l'Eglise Copte
484: L'Eglise de Perse rejette
Ephèse et Chalcédoine
 
      Au long du siècle:
Lutte contre les Huns
 
476 Fin de l'Empire romain
d'Occident
     
466-511
507
CLOVIS
bataille de Vouillé
     
VIème siècle        
      506 et 555 L'Eglise
arménienne rejette
Chalcédoine
480-547 saint Benoit
de Nursie
527-565 règne
de Justinien
553 Concile de
Constantinople 2
531-579 règne
de Khosrô Ier
 
      532 paix "éternelle" avec
Constantinople
540 prise d'Antioche
par les Perses
 
        570-632 Mahomet
VIIème siècle et VIIIème siècle      
610- 641 règne à Byzance
d'Héraclius
  Victoires d'Héraclius
sur les Sassanides
 
    INVASIONS ARABES  
      651 fin de l'Empire
sassanide
 
En Occident     650 à 750 Califat
des Omeyades
(Damas)
 
732 bataille de Poitiers      
768-814 règne de Charlemagne   à partir de 750
Califat abbasside de Bagdad
 

Les 411 ans de l'Empire sassanide (240 à 651) : Rois et empereurs sassanides

224-240 Ardechêr Ier  
241- 272 Shahpur Ier Invasion de l'Empire romain
272-273 Ormizd Ier  
273-277 Bahram Ier Exécution de Mani
277-293 Bahram II  
..........    
302-309 Ormizd II  
310-379 Shahpur II 325 Concile de Nicée
363 Vainqueur de l'empereur romain Julien
..........    
383-388 Shapur III 387: Partage de zones d'influence entre la Perse et
Constantinople
Partage de l'Arménie
388-399 Bahram IV  
399-420 Yazdgard I  
421-438 Bahram V Campagnes militaires contre les Huns
424 "indépendance" de l'Eglise chrétienne de Perse
431 Concile d'Ephèse
439-457 Yazdgard I 451 Concile de Chalcédoin
457-459 Ormizd III  
459-484 Peroz Nouvelles campagnes contre les Huns
484 L'Eglise Perse rejette Ephèse et Chalcédoine
..........    
531-579 Khosrô Ier (Chorsoès)  
579-590 Ormizd IV  
590 Ormizd V  
..........    
632 Ormizd VI  
632-651 Yazdgard III 651 Invasion arabe

haut

retour