Avec confiance vers l'inconnu

Éditorial de septembre-octobre 2016

Sur le chemin d'Emmaüs, deux disciples ont relevé la tête et senti leur coeur brûler au dedans d'eux (Luc 24). Ils ont découvert progressivement que c'était le Christ qui marchait à côté d'eux, qui leur permettait de parler, de redécouvrir le sens des Écritures, de relire leur parcours, de vivre la convivialité du repas partagé comme une intense présence.

C'est à ce moment que ces disciples, que le soir incitait à s'arrêter, se relèvent et s'en retournent à Jérusalem pour proclamer aux autres que le Christ est vivant. « Reste avec nous, Seigneur, le jour décline. », chantons-nous régulièrement, pour rappeler à la fois le besoin de présence et la ferme assurance que le Christ nous donne.

Dans cette rentrée, les raisons de rester chez soi, entre soi, sont nombreuses et fortes. Une fois encore, l'appel à choisir la confiance retentit de manière forte pour nous.

Nous ressentons d'abord, autour de nous et en nous, un fort besoin de sécurité, jusque dans les lieux de culte désormais. C'est un besoin légitime, qu'il faut prendre au sérieux. En concertation avec la police, qui patrouille régulièrement le quartier, le dimanche matin en particulier, le Conseil presbytéral reste attentif à cette question.

Dans ce contexte, l'appel à la confiance est d'autant plus important à entendre et à faire retentir autour de nous. L'annonce de l'Évangile, aujourd'hui, ne saurait prendre la forme d'un appel au repli sur soi. Évangéliser, c'est apprendre à vivre de cette confiance. Accepter nos peurs et les dépasser ; accueillir des personnes que les mêmes questions et soucis habitent, et se tourner ensemble vers le Christ vivant. En lui est notre confiance.

Pour notre Église réformée d'Auteuil en particulier, l'année qui s'ouvre est également tournée vers l'inconnu et la nouveauté. Vous l'avez appris et le mot de la Présidente du Conseil presbytéral vous en dit un peu plus, votre pasteur a été appelé à enseigner la théologie pratique à la Faculté de théologie protestante du boulevard Arago.

Si j'entame un nouveau poste, je reste toutefois disponible pour une phase de transition à Auteuil, car il me tient à coeur de poursuivre un bout de ce chemin de confiance évoqué plus haut.

Pour notre communauté, il prendra notamment la forme de nouvelles expériences, qui sont présentées dans ce journal : l'autre culte, une fois par mois, le premier dimanche en fin de journée ; ou encore l'animation biblique du samedi matin, si possible mensuelle également.

Le groupe des actifs (anciennement les jeunes professionnels) réfléchit actuellement, en concertation avec le Conseil, à la possibilité d'organiser dans notre paroisse un parcours de découverte de la foi chrétienne.

La rencontre sola scriptura, le troisième dimanche du mois, se veut toujours plus un temps ouvert à tous, à la fois convivial, autour du repas partagé après le culte, et spirituel, avec un thème mis en discussion chaque mois.

Dans le culte lui-même, comme dans les autres rencontres, nous espérons faire l'expérience de cette présence du Christ, parfois discrète, comme en chemin avec nous, parfois brûlante, par des chants, des prières, une phrase, la communion. Nous voulons également que le culte soit toujours plus un temps accueillant et bienfaisant.

Ensemble, nous voulons tracer des chemins de confiance pour notre Église et pour le monde.

Pasteur Nicolas COCHAND


retour