En route vers Noël

Editorial de novembre-décembre 2005

Les saisons passent et se succèdent. Après l’été, voici l’automne et bientôt l’hiver. Les saisons scandent notre vie et la nature. Il en est de même dans le rythme de l’Eglise, chaque temps liturgique nous replace dans une perspective qui donne du sens à nos moments de méditation personnels et communautaires. A partir de la fin du mois de novembre, nous voici dans le temps de l’Avent ! Le mot Avent vient du latin adventus qui signifie venue. Et en effet, durant cette période nous lisons les prophéties de l’Ancien testament qui annoncent le venue d’un enfant, ou encore Jean-Baptiste qui parle d’un Messie qui doit venir. Pour nous chrétiens, l’objet de notre attente est le Christ. Nous attendons son royaume. C’est pourquoi le temps de l’Avent renomme notre vocation : nous sommes des " Adventistes ". Nous annonçons la venue de Celui qui vient et nous nous apprêtons à son accueil.

Accueil, le terme est un peu galvaudé dans nos Eglises. Certains trouvent nos paroisses pas assez accueillantes. Le mot interroge donc nos consciences et nos manières de vivre. " Il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie " écrit l’évangéliste Luc. Et Jean, de renchérir : " Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu ".

Le temps de l’Avent et de Noël sont des temps d’accueil et de partage. En tous cas, on voudrait qu’ils le soient et on sent chaque année qu’ils ne le sont pas assez.

Partage de joie, de cadeaux, de moments festifs bien sûr, mais plus encore partage d’espérance... Ce mot de partage nous concerne tous, bien au-delà de nos cercles familiaux et paroissiaux. Car avec la naissance de Jésus le Christ, nous croyons qu’un événement a lieu, qui dépasse infiniment et le cadre de la famille et le cadre de la paroisse et même celui de l’Eglise visible. Un événement qui transforme le sens de notre vie et de la vie de tous les êtres humains, même s’ils ne le savent pas.

C’est dans cet esprit de recueillement, d’espérance et de partage que je vous invite à nous retrouver tout au long de ce temps de l’Avent qui nous conduit jusqu’à la crèche. Les enfants de l’Ecole biblique et du catéchisme sont en train de préparer pour nous tous un culte en décembre. Des adultes préparent activement depuis des mois la vente paroissiale de Noël. Et puis l’Avent, ce sont aussi des chants : " D’un arbre séculaire ", " O peuple fidèle " et bien d’autres cantiques connus depuis notre enfance et qu’on ne se lasse pas de chanter tant ils nous plongent dans notre intimité la plus secrète. Je vous invite à venir les chanter à l’aide du nouveau recueil que le conseil presbytéral a décidé d’adopter..

Car Noël, c’est aussi ce temps où notre tendresse est à vif, où notre foi redevient juvénile... après toutes les interrogations de l’année. C’est la réjouissance infinie de l’annonce : Un Sauveur vous est né !

Alors vient, comme en écho à cette joie, la gravité de l’Espérance, le désir de partage, l’anxiété de l’attente que le monde connaisse enfin la Paix et la Justice dont parle la Bible.

A tous, je souhaite une marche paisible vers Noël.

Christian BARBÉRY


retour