L'Église réformée se renouvelle !

Editorial de septembre-octobre 2011

C'est en substance ce que le pasteur Laurent SCHLUMBERGER, président du Conseil national de l'Église réformée de France, a indiqué évoquant en particulier la jeunesse au centre de ce renouvellement. Le nombre important d'enfants en catéchèse dans notre paroisse fait que ce sujet est au cour de notre travail et la cible privilégiée de notre témoignage. La transmission a d'ailleurs été au centre des préoccupations de notre dernière Assemblée générale.

À la Pentecôte, huit catéchumènes ont confirmé leur foi ; ils sont chaque année de plus en plus nombreux à le faire. Or, nous constatons aujourd'hui comme hier que les post-catéchumènes et les jeunes adultes sont trop peu présents dans la vie de notre Église. Dans le meilleur des cas, ils reprendront contact avec notre paroisse à l'occasion d'un mariage ou d'un baptême. Mais entre ces deux moments, nous ne les voyons pas ou peu. Il en va pourtant de notre responsabilité d'accompagner les jeunes dans leur cheminement spirituel. La vie n'est pas simple pour eux. Il y a la pression, la fatigue des études, parfois le découragement devant le travail scolaire.

Pourtant, comme un leitmotiv, nous répétons, un peu à la légère me semble-t-il : la jeunesse est la société de demain. Mais n'est-elle pas déjà celle d'aujourd'hui ? Elle est la progéniture d'internet, de Facebook, de Twitter. Elle expérimente dans le monde réel d'aujourd'hui les potentialités incroyables de cette civilisation du « virtuel ». Il faut que nous entendions ce que nous dit cette jeunesse et en même temps nous avons une forte responsabilité à son égard. Il s'agit d'abord d'accueillir et d'accompagner les enfants et les jeunes qui sont en catéchèse. Nous le faisons déjà et je ne remercierai jamais assez toutes les personnes qui donnent de leur temps en ce domaine. Mais il s'agit aussi d'accompagner les jeunes qui participent à une réunion, un culte, une activité, pour qu'ils s'y sentent bien et aient envie de revenir. Et puis enfin, il faut sortir de nos murs et aller à leur rencontre. Dans cette tâche, nous avons besoin de tous. En effet, la transmission est à la fois du ressort de l'Église et des familles. L'Église ne pouvant se substituer aux parents, nous devons trouver les moyens d'impliquer ces familles dans cette transmission.

Pour que les générations s'accueillent mieux dans l'Église, pour que l'Église se construise plus harmonieusement au rythme des âges de la vie... Voilà un beau projet pour notre année qui démarre !

Vous trouverez dans le numéro de rentrée des Nouvelles d'Auteuil les rendez-vous incontournables de la jeunesse protestante en Ile de France.

Bonne rentrée !

pasteur Christian BARBÉRY


retour