Merci à Maxime, Thomas, Louis, Augustin, Charles …
et les autres

Editorial de juillet - août 2007

Baptêmes et confirmations

Au cours du culte du 3 juin dernier cinq catéchumènes ont demandé le Baptême ou la Confirmation.
Avec cinq autres jeunes de Boulogne, ils ont pris pour la première fois le pain et le vin de la Cène. Ce fut un moment émouvant pour eux (et pour nous) qu’ils garderont, je l’espère, toute leur vie en mémoire.

Je voudrais d’abord remercier ces dix jeunes pour cette année passée ensemble à lire, discuter et étudier la Bible. Cela nous a donné l’occasion d’échanges riches et profonds. A cause de toutes ces choses vécues et partagées, ce fut un temps béni, un temps où, pour le pasteur que je suis, on est pleinement heureux de faire ce que l’on fait, c’est-à-dire essayer de transmettre la foi.

Mais bien sûr la Confirmation est seulement une étape et même un début. Toute une vie ne suffit pas pour épuiser la richesse de l’Evangile et c’est toute sa vie que l’on se met à l’écoute de Jésus. Cela signifie qu’au moment où les jeunes s’engagent personnellement en demandant le Baptême ou la Confirmation, ils deviennent responsables, avec les autres, de l’Eglise qui les accueille et de la Parole de Dieu qui leur est confiée. Ceci peut paraître lourd quand on a 15 ans, mais en réalité, c’est justement parce que l’on est jeune que la participation à la vie de l’Eglise est importante. C’est parce qu’ils sont «tout neufs» dans la vie que leurs questions, idées et réflexions, peuvent enrichir les adultes ; et c’est parce qu’ils sont encore en pleine découverte de la Parole de Dieu qu’elle reste Parole vivante pour nous.

Quand ces jeunes seront adultes, ils comprendront cela : seul le fait d’enseigner, de transmettre, de partager avec d’autres, rend vraiment vivants nos actes et nos paroles. C’est la même chose avec la Parole de Dieu : elle est vivante, si nous la vivons. Elle est vivante, si nous la partageons avec Dieu et avec les autres, et si nous la transmettons à nos enfants. La transmission de la foi est le point important de l’Eglise et c’est pourquoi l’école biblique et le catéchisme sont au cœur de la vie de la paroisse et c’est pourquoi la dernière séance du Conseil presbytéral fut largement consacrée à la catéchèse. Mais ce n’est pas seulement le Conseil qui doit apporter un soutien sans faille aux catéchètes pour cette mission, c’est l’ensemble des membres de la paroisse, y compris et peut-être surtout les parents, qui doivent avoir ce souci de la transmission de la foi.

D’une certaine manière, c’est ce que nous fêtons à Pentecôte : c’est le fait que désormais Jésus-Christ va pouvoir être connu de tous, parce que les apôtres vont recevoir la vocation et la force de parler de Lui, et parce que ceux qui les entourent vont recevoir la faculté de les comprendre.

C’est une histoire extraordinaire, qui n’a pas toujours été facile, mais c’est encore notre histoire… et je l’espère pour longtemps !

Christian BARBÉRY


retour