Pâques

Editorial d'avril-mai 2012

Tout bien réfléchi, ce serait plus facile si la fête de Pâques n'existait pas. Nous aurions une religion bien organisée, rythmée autour de la naissance et de la mort de Jésus. Nous aurions un temps pour vivre et un temps pour mourir, une éthique à suivre et une sagesse à apprendre. Ah ! que la vie serait simple s'il n'y avait pas cette résurrection qui vient tout bouleverser ! Car en plus il suffirait d'adhérer à l'une des innombrables théories ou philosophies pour meubler cet espace si mystérieux de la mort et de l'au-delà : immortalité de l'âme, réincarnation, et j'en passe.

Mais voilà, il y a Pâques, il y a la résurrection, celle de Jésus et la nôtre. Décidément Dieu ne veut pas nous laisser mourir tranquilles : il veut que nous passions dès à présent de la mort à la vie. « Il vous précède en Galilée, il est le Chemin la Vérité et la Vie » disent les Évangiles. Et c'est ainsi que commence la grande aventure de Pâques. C'est ainsi que commence toute vie chrétienne. C'est ainsi que commence l'Église.

Pâques est un mot plein de mémoire et de joie : Pâque des Hébreux conduits à travers la mer rouge, Pâque de Jésus avec ses disciples la veille de sa mort, de la résurrection de celui qu'un centurion romain a désigné comme le Fils de Dieu. Pâque(s) plus de deux mille fois fêtée, réaffirmée à la face d'un monde devenu nouveau de par la foi en cet événement.

Un souhait : que les cloches de Pâques qui retentiront en ce dimanche sur toute la terre habitée, donnent à tous de partager cette joie présente, cette joie à-venir !

Pasteur Christian BARBÉRY


retour