Une Eglise Une

Editorial de novembre-décembre 2008

Oecuménisme

A l’aube de Pâques 2007, 2000 chrétiens de toutes confessions venant de Paris et des environs se sont rassemblés à la Défense et ont proclamé ensemble « Christ est ressuscité ». En se quittant, ils ont demandé : « quand fêterons-nous Pâques à nouveau ensemble ? ». C’est le 4 avril 2010 que les orthodoxes, ainsi que toutes les autres confessions chrétiennes, fêteront Pâques de nouveau le même jour (ce qui n’arrive pas chaque année donc). Que faire d’ici-là ? La première étape aura lieu le 29 novembre prochain, au début de l’Avent. Dans plusieurs lieux d’Ile de France, en début d’après-midi, les communautés chrétiennes ouvriront leurs portes, se rendront visite, témoigneront de leur désir d’unité par un partage de la Parole, des chants de l’Avent, une prière commune…

A Auteuil, une équipe se met en place pour organiser cet événement. Et ainsi nous devrions aller à pied de l’église Saint-François de Molitor jusqu’au temple et du temple à l’église orthodoxe russe du Bd Exelmans. Ce même week-end, nous recevrons une délégation de l’Eglise protestante tchèque. Ils seront là au culte à Auteuil ; ils participeront à un déjeuner-débat sur le thème de l’Eglise en Tchéquie hier et aujourd’hui, histoire de montrer un autre visage du protestantisme européen.

Quelques jours plus tôt le synode régional de notre Eglise se sera déroulé. En fait, deux synodes ! Car en même temps que le nôtre, se tiendra le synode de l’Eglise luthérienne. Deux synodes, réunis ensemble à Dourdan en vue de la constitution d’une « Eglise protestante unie » au plus tard en 2012.. le temps nécessaire pour se connaître, s’expliquer et expliquer le… mariage. Car il s’agit en quelques sortes d’un mariage entre nos deux Eglises. Comme verset biblique pour fêter l’heureux événement un de mes collègues suggère : « ils ne formeront qu’une seule chaire » (avec un e bien sûr). Entre luthériens et réformés, ne sommes-nous pas en effet en communion de chaire et d’autel depuis que nous avons signé la Concorde de Leuenberg en 1974. De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas à faire. Déjà des contacts ont été pris avec la paroisse luthérienne de la rue Quinault dans le 15ème et nos groupes de jeunes devraient très bientôt se rencontrer.

Nous fêterons bientôt la Réformation. Calvin et Luther ne se sont pas entendus sur un certain nombre de points de doctrines. Parions que leurs enfants sauront enfin assumer ces deux visages du protestantisme.

500 ans après la naissance du Réformateur de Genève, ne serait-ce pas un beau cadeau ?

Que le Seigneur nous soit en aide !

Christian BARBÉRY


retour