Centenaire de la paroisse

L'Eglise Réformée d'Auteuil a fêté, les 21 et 22 novembre 1997, le centenaire de la communauté. Une occasion de rappeler l'histoire d'une aventure humaine et évangélique. Voici donc quelques points de vue sur l'évolution de la paroisse.

Quelques Points sur " l'Âme " des Choses !

souscription

Ce qui frappe le plus, lorsqu'on regarde ce dernier siècle, c'est le dynamisme de la paroisse, sa faculté de réagir face aux nécessaires adaptations qu'elle aura à vivre. Trois périodes successives marquent la trace de ces évolutions, qui font correspondre au mieux un contexte social, une communauté, des lieux et ses serviteurs.

L'élan Missionnaire

La communauté est créée sous l'impulsion du pasteur Foulquier, dans un esprit de mission évangélique, auprès d'une population modeste nouvellement protestante. Une chapelle en bois sans prétention, un leader charismatique qui fait partager sa foi ; c'est le temps de l'enthousiasme donné et de la construction où chacun doit s'impliquer fortement.

L'élan Communautaire

L'expropriation de la chapelle, l'embourgeoisement des environs et l'accroissement de la communauté amènent à un redémarrage. C'est le temps de l'installation, avec un temple en brique et une ouverture théologique libérale donnée par le choix des pasteurs. La paroisse vit alors une grande activité, s'adaptant à l'afflux de familles d'origine protestantes, et d'enfants amenés par la construction des lycées. Elle se tourne résolument vers une vie communautaire forte, dynamisée par le charisme de ses responsables.

Temple en brique

L'élan Novateur

La paroisse d'Auteuil a d'abord vécu un élan de foi missionnaire, puis de construction, de réactions et de stabilisation. Toutes ces dimensions y sont représentées actuellement et doivent être vécues dans un même ensemble qui tienne compte de la densité de son l'histoire et de sa capacité à s'engager dans de nécessaires adaptations. Elle a tenté de répondre constamment à la question : comment vivre sa foi ensemble et dans le monde. Seul l'enthousiasme de la foi peut permettre de comprendre qu'elle ait pu s'adapter sans se perdre. Mais il lui faut maintenant gérer son expansion et sa multiplicité, de façon équilibrée entre les pôles intellectuels, spirituels et sociaux. Elle est de nouveau forcée à vivre.

Quelques Mots de Conclusion

C'est le temps des réactions. L'expansion interne de la communauté et sa pluralité, la poussent à s'ouvrir vers l'extérieur à la fin des années 60, en pleine déchristianisation. Un nouveau temple, de nouvelles salles, des équipes pastorales, permettent, avec les associations d'entraide et culturelle de répondre à la diversité des demandes sociales et spirituelles. Le temps des leaders charismatiques fait place à celui de la prise en charge des projets par la communauté elle-même, aiguillonnée par ses pasteurs. Au-delà de la difficulté de gérer la cohérence d'une telle diversité de foi, la communauté ne peut plus vivre sans l'engagement d'équipes nombreuses. Nous sommes au centre de cette période. Les pasteurs devienent un support pour des projets qui leur sont proposés, les lieux nécessitent un engagement ouvert. C'est le temps de la maturité.




retour