Association Cultuelle de
l'Eglise Réformée d'Auteuil


L'Église Réformée d'Auteuil est une paroisse membre de l'Église protestante unie de France (EPUdF), issue des mouvements de réforme du XVI siècle. Fondée en 1897, elle est installée depuis 1931 au 53 de la rue Erlanger à Paris 16ème et, depuis 1971, dans les locaux actuels. Elle est une communauté chrétienne, c'est-à-dire qu'elle confesse que Dieu existe, qu'il s'est manifesté aux hommes à travers Jésus-Christ et, avant lui, à travers toute l'histoire du peuple d'Israël.

Principaux acteurs de l'association

Conseil presbytéral

Isabelle BÉCHON
Isabelle BÉCHON
Présidente
Catherine VEILLET-MICHELET
Catherine VEILLET-MICHELET
Vice-présidente
Olivier GOUT
Olivier GOUT
Trésorier
Philippe OSKANIAN
Philippe OSKANIAN
Trésorier adjoint
Alain FRESNEL
Alain FRESNEL
Secrétaire
Pasteur Nicolas COCHAND
Nicolas COCHAND
Pasteur















Pour joindre le pasteur Nicolas COCHAND : 09 86 09 47 96 - pasteur@erf-auteuil.org


Membres du Conseil :

Serge FOZONNE DONGUE
Serge FOZONNE DONGUE
Nadine HIOL
Nadine HIOL
David PARLIER
David PARLIER
Philippe VOGT
Philippe VOGT















Organiste

Pierre FARAGO
Pierre FARAGO















Secrétariat

Charlotte BINET
Charlotte BINET















C.C.P de l'Association Cultuelle

Association Cultuelle Église Réformée d'Auteuil - 1086 26 C PARIS

Une communauté, des ministères, un ministre

Une Eglise communautaire

En protestantisme, l'Eglise se définit avant tout comme l'assemblée des personnes qui se sentent convoquées par le Seigneur et souhaitent vivre le partage de la Parole. Au-delà des expériences personnelles diverses, l'Eglise est donc le résultat de la foi des hommes. Ses actions et son témoignage en sont le reflet. Ils doivent être des signes d'unité et de service pour Dieu et pour le monde. Au moment où la paroisse d'Auteuil va accueillir un nouveau ministre, il importe de rappeler cette évidence fondamentale de l'unité communautaire, de la prière, du service.

Des ministères diversifiés

Au-delà du culte dominical, la paroisse a souhaité depuis des années s'ouvrir au monde, notamment par le biais du centre culturel " Etudes et Recherche ", s'ouvrir aux autres notamment avec le Service d'Entraide et s'ouvrir à la formation théologique et spirituelle de ses membres, notamment par la catéchèse et les études bibliques. Nombre de ces actions sont assurées par des laïcs, engagés dans des responsabilités qui demandent temps, compétence, écoute. On peut citer les conseillers presbytéraux qui exercent un ministère collégial, les monitrices, les membres de l'Entraide et d'Etudes et Recherche, les responsables du scoutisme, des activités musicales, de l'organisation des repas, des ventes, etc.

Il importe de reconnaître et d'affirmer clairement que ces fonctions sont de véritables ministères et qu'ils sont au cœur de la vie communautaire. Sans eux, la communauté ne serait qu'un ensemble d'individus. Chaque personne jouant un rôle actif au service de la paroisse est un ministre de l'Evangile, appelé à le traduire dans un domaine particulier. C'est donc l'ensemble de ces ministères qui donne à la communauté cette teinture particulière qu'on lui connaît.

Un ministère particulier

Une communauté doit pouvoir tenir et vivre ainsi, nourrie des ministères particuliers et collégiaux confiés aux uns et aux autres. Cela nécessite une formation continue des responsables, une implication de chacun, une responsabilité partagée et reconnue.Accueillant un nouveau pasteur en juillet 2004, la communauté d'Auteuil pourra ainsi le recevoir dans les meilleures conditions. Matérielles et fraternelles, bien sûr, mais également dans l'exercice de son ministère. Ce ministère particulier, en tension entre l'Eglise nationale qui le nomme et l'Eglise locale qu'il sert et qui le reconnaît, apparaît actuellement dans deux dimensions prioritaires. D'une part la prédication et la théologie, bien sûr, qui font de ce ministère un pôle d'orientation et de visibilité pour la paroisse. Le pasteur est alors celui qui replace les évolutions et la marche de la communauté devant la Parole de son Dieu. L'écoute et l'attention à chacun d'autre part, font du ministère pastoral un ministère d'unité et d'accompagnement, permettant à la communauté de grandir dans sa fraternité et l'expression de sa solidarité.

Une direction pour demain

Dans les mois qui viennent, notamment avec l'arrivée de Christian Barbéry, il importe que le conseil presbytéral et les autres ministres locaux de la paroisse d'Auteuil soient soutenus, encouragés dans leur vocation, appelés eux-mêmes à soutenir le lien fraternel entre les membres de l'Eglise. Il importe que chaque membre de la paroisse soit replacé devant sa vocation et se sente appelé à collaborer à de nouveaux projets. Nous pouvons compter pour cela sur l'accueil des nouveaux qui se renforce peu à peu, nos collaborations avec la paroisse de Boulogne, et l'engagement de chacun. Certes, nous ne pouvons savoir de quoi demain sera fait, mais il importe que chacun d'entre nous se tienne prêt à répondre présent à l'appel qui lui est adressé, pour un ministère particulier.

Cet appel peut s'exercer dans des domaines très concrets comme le souci de l'entretien des locaux, le service lors des ventes ou des repas, la confection de colis alimentaires ou de Noël. Il peut trouver sa place dans l'étude et la formation, par l'organisation des conférences, des concerts ou des débats, ou la catéchèse. Il s'inscrit dans le service de l'alphabétisation, des visites, de la présence à l'hôpital, des pots ou de la garderie. Dans tous ces domaines, Auteuil devra renforcer ses ministères, qui sont la condition et le support d'une communauté vivante, et non pas d'une simple paroisse existante.

Rapport d'orientation de l'Assemblée Générale en mars 2004

haut

Une Eglise Protestante, ses convictions, son organisation, ses finances

Une Eglise protestante

L'Eglise réformée d'Auteuil adhère également aux grands principes qui marquent le protestantisme :
En premier lieu, elle affirme que Dieu existe en lui-même, et aime l'homme pour lui-même. Dieu ne peut être enfermé dans des concepts, des idéologies ou des pratiques, il ne dépend pas des images que l'on peut en avoir. Son amour rend l'homme libre de toute contrainte, asservissement ou totalitarisme. Il appelle l'homme à une réponse libre et responsable.
L'amour de Dieu se traduit par sa grâce, c'est à dire la vie qu'il donne à l'homme de sa propre initiative, et sans condition de statut, de mérite ou de Foi. Cette grâce, invisible pour l'homme, lui est rendue visible par la Foi. La Foi est donc l'attestation que Dieu donne à chacun personnellement et sans condition, de son existence et de son amour. Chaque homme est libre d'accepter cette rencontre avec Dieu et d'y répondre.
Parce que la Bible est le fruit de la Foi des hommes, fondée sur Jésus-Christ, elle est la seule référence concrète sur laquelle l'homme puisse se baser pour parler de Dieu et agir dans le monde. La vie et les orientations de la communauté doivent donc sans cesse être passées "au crible" d'une lecture argumentée et rigoureuse des seuls textes bibliques.

L'Église se définit d'abord comme un événement : le rassemblement de ceux qui confessent que Dieu en Jésus-Christ donne un sens à leur vie ; le moment où l'Évangile est annoncé et entendu. Elle est ensuite une institution qui doit permettre à chacun, à égalité avec les autres, de vivre toujours mieux sa foi et son engagement.L'Église est donc le fruit de la Foi et conduite à se réformer.

Une Eglise de convictions

- Les protestants, comme leur nom l'indique, protestent donc de l'autorité de l'Ecriture, contre celle d'une institution humaine que serait l'Église. La conviction de Martin Luther est ainsi explicite: "Si l'on ne me convainc par de bonnes raisons tirées de la Bible, ma conscience est prisonnière de la parole de Dieu : je m'en tiens là !".
La liberté de conscience et de conviction est donc importante pour le protestant, si elle est aux prises avec la parole de Dieu et implique la responsabilité. Toute parole, même venant d'un pasteur, est évaluée et appréciée selon ce seul critère, au nom d'une seule devise : "A Dieu seul soit la gloire !".

- Le protestantisme proteste également pour les rites et les sacrements (baptême et Sainte Cène). Ces gestes manifestent la participation de chacun à la vie divine que Dieu renouvelle en venant sans cesse à nous. A partir d'éléments simples (eau, pain, vin), les sacrements ne procurent rien de spécial ; ce n'est pas en les recevant que la transformation de la vie, de la pensée, ou de la relation aux autres peut s'accomplir vraiment.
Seule l'ouverture personnelle à Dieu peut faire surgir l'Etre nouveau. Ainsi, on prend conscience de son état d'enfant de Dieu par la foi, et le baptême en est une des manifestations. Dieu vient à nous par le Saint-Esprit, et la cène en est une trace. Le culte et les sacrements peuvent donc être célébrés par un pasteur ou un laïc.

- Les protestants protestent pour la vérité. Plutôt que l'unité institutionnelle, ils recherchent la vérité, la responsabilité de chacun devant sa conscience, face à Dieu. Il n'est donc pas possible à l'Église d'avoir une doctrine officielle, ferme et définitive. Mais elle proclame l'affirmation de la bienveillance systématique de Dieu à l'égard des hommes, la grâce.
Ainsi, l'action de Dieu envers les hommes est essentiellement libératrice, et chacun est invité à rechercher les portes que Dieu ouvre toujours devant lui, par son Esprit créateur. Les règles morales du protestant sont donc personnelles, en réponse à l'appel du dynamisme créateur de Dieu. Il évite ainsi de prononcer des affirmations catégoriques, notamment en matière d'éthique familiale ou sociale, mais cherche à ranimer la flamme de ceux qu'il accompagne.
Les protestants, plutôt que de renoncer au monde pour aller vers Dieu, sont donc habituellement plus attirés par la vie quotidienne et le témoignage à construire chaque jour dans ce monde que Dieu pénètre et renouvelle.

L'Eglise dans son organisation

Une paroisse est une communauté de vie, mais c'est aussi une association cultuelle de loi 1905. La paroisse comprend donc des membres électeurs (paroissiens inscrits) qui se réunissent annuellement en assemblée générale. L'assemblée vote les dispositions financières, la gestion et les grandes orientations de la paroisse. Elle élit un Conseil Presbytéral renouvelable par moitié tous les trois ans et dont sont membres tous les pasteurs. Le conseil porte la responsabilité matérielle et spirituelle de la communauté, il gère ses actions et la représente à l'extérieur, il élit les pasteurs et son bureau.

L'Eglise dans ses finances

L'Église vit de la participation de ses membres, sans subvention de l'État. Chaque paroissien contribue ainsi au témoignage de l'Évangile par le don, signe visible de son espérance personnelle. Sa participation n'est donc pas une cotisation comme pour un club de sport, mais une offrande personnelle et libre. L'essentiel des dépenses de nos Églises est le fruit des frais nécessaires à l'activité des pasteurs et d'engagements de solidarités envers d'autres paroisses et l'Eglise nationale, ainsi que vers des organismes de témoignage, comme la mission, la radio ou les centres de formation.

haut

Les instances régionales et nationales

Les paroisses sont liées les unes aux autres. Le "secteur" regroupe trois ou quatre paroisses et permet de partager des préoccupations et des projets locaux communs. Le consistoire permet de regrouper une quinzaine de paroisses, de manière plus informelle, pour échanger les expériences et soucis de chaque communauté et décider ensemble des thèmes de réflexion régionaux ou nationaux.
- L'union des Eglises locales se manifeste également par un synode régional annuel où chaque paroisse délègue ses pasteurs et des membres laïcs. Le synode a la charge de gouverner l'Église régionalement et de voter son budget et ses orientations. Un conseil régional permet d'assurer le suivi et la préparation des décisions.
- Au niveau national, l'organisation est la même. Le synode national rassemble annuellement des délégués laïcs et pasteurs des différentes régions pour voter budget et orientations. Un conseil national assure la préparation et le suivi des décisions. Ce système d'organisation permet un dialogue et une dépendance mutuels entre les niveaux local, régional et national de l'Église. C'est le régime dit "presbytérien-synodal".

haut

La déclaration de foi de l'Eglise Réformée de France

Cette déclaration date de 1938. Elle fut la base qui constitua historiquement l'Eglise Réformée de France à partir de différents mouvements d'Eglise. Chaque membre d'une communauté est invité à adhérer, non à la lettre, mais à l'esprit de cette déclaration.
Au moment où elle confesse sa foi au Dieu Souverain et au Christ Sauveur, l'Eglise Réformée de France éprouve avant toutes choses le besoin de faire monter vers le Père des miséricordes le cri de sa reconnaissance et de son adoration.

Fidèle aux principes de foi et de liberté sur lesquels elle est fondée,

Dans la communion de l'Eglise universelle, elle affirme la perpétuité de la foi chrétienne à travers ses expressions successives dans le Symbole des Apôtres, les Symboles oecuméniques et les Confessions de foi de la Réforme, notamment la Confession de La Rochelle ; elle en trouve la source dans la révélation centrale de l'Evangile : Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Avec ses Pères et ses Martyrs, avec toutes les Eglises issues de la Réforme,
Elle affirme l'autorité souveraine des Saintes Ecritures, telle que la fonde le témoignage intérieur du Saint-Esprit, et reconnaît en elles la règle de la foi et de la vie ;
Elle proclame, devant la déchéance de l'homme, le salut par la grâce, par le moyen de la foi en Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, qui a été livré pour nos offenses et qui est ressuscité pour notre justification ;
Elle met à la base de son enseignement et de son culte les grands faits chrétiens affirmés dans l'Évangile, représentés dans ses sacrements, célébrés dans ses solennités religieuses et exprimés dans sa liturgie.

Pour obéir à sa divine vocation, elle annonce au monde pécheur l'Évangile de la repentance et du pardon, de la nouvelle naissance, de la sainteté et de la vie éternelle.Sous l'action du Saint-Esprit, elle montre sa foi par ses oeuvres ; elle travaille dans la prière au réveil des âmes, à la manifestation de l'unité du Corps de Christ et à la paix entre les hommes. Par l'évangélisation, par l'oeuvre missionnaire, par la lutte contre les fléaux sociaux, elle prépare les chemins du Seigneur jusqu'à ce que viennent, par le triomphe de son Chef, le royaume de Dieu et sa justice.

A Celui qui peut, par la puissance qui agit en nous,
faire infiniment au-delà de ce que nous demandons et pensons,
A Lui seul soit la gloire dans
l'Église et en Jésus-Christ,
de génération en génération, aux siècles des siècles !
Amen.
haut

retour